• Belle du Seigneur

    Si ma mémoire m'est fidèle, je crois bien que c'est le premier bouquin qui m'a fait verser une larme. Une unique, bien ronde et bien lourde que j'ai sentie perler et dévaler doucement le long de ma joue pour finir par pendre au bout du menton avant de mourir, écrasée mollement par ma main tremblante.

    L'excessivité dans l'amour, y a que ça de vrai.

    1110 pages durant lesquelles l'émotion côtoie le grotesque. Aah! les oncles de Solal. Un régal, un délice.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :